Visite dominicale, vespérale et matutinale, d’Assilah

Début mai, je débarquai en fin d’après-midi au port de Tanger Med, après une longue glissade sur le flot entre les côtes françaises et les côtes marocaines, un peu lassé et avide de sommeil. Impossible de rejoindre Fès avant une heure avancée de la nuit. Je décidai donc de m’arrêter à Assilah, ville dont le nom a vu son s se dédoubler afin que les touristes en écorchent un peu moins les sonorités. Je tombai sur l’hôtel Dar al Andalus, situé non loin de la vieille ville et de ses murailles portugaises, et dans lequel j’avais déjà passé une nuit tout à fait agréable. Une fois ma valise déposée, je me précipitai dans les ruelles colorées de cette charmante cité balnéaire et j’en profitai pour prendre quelques clichés. Ce que je réitérai le lendemain matin, un dimanche, assez tôt, dans des ruelles calmes et jusqu’au borj Krikiya, près du marabout Sidi Ahmed Ibn Moussa. On y retrouve certains détails que j’ai l’habitude de saisir : portes et fenêtres, ferronneries, jeu de couleurs sur les murs, terrasses se découpant dans le ciel…





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *