Jean-François Robert, architecte D.P.L.G., au delà du cinéma Empire (I) : les sources

François Robert est l’architecte de l’hôtel Balima, l’un des bâtiments les plus célèbres de Rabat.

> L’ouvrage Le Maroc en 1932 présente l’essentiel de sa carrière à cette date, à la page 177. Voici le contenu de l’article, emprunté au site Mon Maroc bien aimé :

« Né en 1902 à Charleville (Ardennes), M. Robert fut élève de l’École des Beaux-Arts de Paris et diplômé par le Gouvernement en 1928.

Il vint aussitôt au Maroc et s’installa à Rabat, où il a conçu et dirigé les ouvrages suivants :

Immeubles Balima, avenue Dar-el-Maghzen, dont la valeur totale dépasse 10.000.000 de francs.

Immeuble Djazouli, avenue Dar-el-Maghzen (1.500.000 francs).

Immeuble Martinez, rue du Commandant-Négret (1.000.000 de francs).

Immeuble Soler, rue de la Marne ; immeuble Madrona, immeuble Benzal.

Gendarmerie  d’Ouezzan   (1.000.000  de  francs).

Hôtel Balima, à Ifrane  (2.500.000 francs).

Casino d’Ifrane, en partie réalisé.

Empire-Cinéma, à Fez, 3.500.000 francs.

Un nombre déjà considérable de belles villas, parmi lesquelles sont à remarquer les villas : aux Oudaïas, celles  de  Mme Liouville, de M.  Branly ; au quartier de l’Aguedal : celles de M. Lescure, de M. Moulis, de M. Prévôt ; au quartier de l’Aviation : celles de M. Lacolle, de M. Rochard, de M. Valette ; dans le Secteur des Orangers : celles de M. Fayolle, de M. François ; dans, le secteur Leriche : celles de M. Bonamy, de M. Jouault ;  à  Salé, celle de M. Goulmot Desjours, etc… »

« L’Empire », cinéma de Fez ; 2.000 places ; M. Seiberras, propriétaire ; Linarès, ingénieur. Photo Gurtner

L’immeuble Djazouli, avenue Dar-el-Maghzen, Rabat.

La villa de M. Lescure.

L’Hôtel Balima, à Ifrane (façade postérieure), Linarès, ingénieur. Photo Ruthmann

L’énumération de ses réalisations est reprise dans Le Maroc en 1938, d’Edouard Sarrat.

> Voici encore la notice biographique que lui consacre Charlotte Jelidi, dans Fès, la fabrication d’une ville nouvelle (1912-1956), Lyon, ENS Éditions, coll. « Sociétés, Espaces, Temps », 2012 :

Robert Jean-François

Architecte Dplg.        

Autorisé à exercer le 25 juillet 1943, B.O., n°1605, 30 juillet 1943.

Domicilié à Rabat

Principale réalisation à Fès : Cinéma Empire avenue de France (1929-1932).

Sources : Archives municipales de Fès, B.O.

> Et puis la notice que j’ai pu trouver dans l’ouvrage de Jean-Louis Cohen et Monique Eleb, Casablanca : Mythes et figures d’une aventure urbaine, Hazan, 1998 :

Jean-François Robert

Associé à R. Jeanin.

Im. Renault, rues Lapérouse et Savorgnan de Brazza, c. 1955. Hôtel, bd de la liberté et rue d’Epinal, 1952. Source : Wilaya.

On peut d’ores et déjà donc ajouter à la liste des bâtiments précédente deux autres bâtiments édifiés à Casablanca : l’immeuble Renault et un hôtel, au coin du boulevard de la liberté et de la rue d’Epinal, d’après une dénomination ancienne des rues.

> Par ailleurs, quelques revues de l’époque peuvent nous aider à compléter l’inventaire de l’œuvre de cet architecte et pour commencer la revue intitulée Chantiers nord-africains.

Voici comment cette dernière est présentée par T. Mammeri-Benane dans un mémoire de Magister effectué à l’université de Tizi-Ouzou :

« La revue d’architecture, dans sa quête de l’exclusivité, propage l’actualité des théories, des doctrines et des styles architecturaux (détails techniques et esthétiques, vues,…). Véritable instrument de diffusion, de publicité et de compétitivité, elle favorisera la parution des architectes en vogue et des nouvelles idées idéologiques et esthétiques. »

Puis en I, 1, 1, c’est la revue elle-même qui est précisément décrite :

« La revue Chantiers nord-africains est un périodique mensuel qui apparait pour la première fois en 1928 et s’éteint à l’indépendance avec une coupure pendant la période de la seconde guerre mondiale. Soit une apparition mensuelle de Janvier 1928 à Aout 1939. Elle reprendra durant les années 1950 jusqu’à la veille de l’indépendance de l’Algérie. D’abord éditée sous le titre de «Les chantiers nord-africains, Architecture-Bâtiments-Travaux publics-mines» entre 1928 et 1931 […] avant de connaitre des remaniements en passant à « Chantiers nord-africains, Architecture-Bâtiments-Travaux publics-Mines » en Avril 1931 […], pour prendre le titre de « Chantiers, Architecture Décoration Urbanisme Travaux publics » entre Janvier 1933 et Aout 1939 […]. »

La bibliothèque numérique Gallica met à disposition de l’internaute la plupart de ces numéros : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32740124z/date&rk=21459;2

Or j’ai dépouillé ces publications de telle manière à reporter dans le tableau suivant les articles consacrés à François Robert :

  • Numéro de Janvier 1930, Page 75 : « Immeubles et chantier de la société Balima, à Rabat »
  • Juillet 1931, pp. 691-692 : « Villas à Rabat »
  • Janvier 1932, pp. 55-59 : « Un casino-cinéma à Fez »
  • Avril 1932, p. 325 : « Le premier groupe des immeubles « Balima » est terminé »
  • Janvier 1933, p. 22 + p. 29 : « L’architecture moderne »
  • Janvier 1933, p. 44 : « L’exposition marocaine d’art mobilier moderne à Rabat »
  • Avril 1933, pp. 423-424 : « Villa de M. A… à Rabat »

> J’ai également trouvé des renseignements intéressants dans Le Journal général des travaux publics et du bâtiment : organe du Syndicat des entrepreneurs de travaux publics de l’Algérie et de la Tunisie.

En effet une page de cette publication accorde un espace aux « autorisations de bâtir », notamment au Maroc. Plusieurs de ces autorisations ont été accordées à Rabat à François Robert :

  • Numéro du 17 novembre 1929 (Période de délivrance : Octobre 1929) : 1 immeuble à 4 étages, avenue Dar el Maghzen, 2.033.000 fr. Architecte : M. Robert. Propriétaire : société Balmia [sic], rue Bergé, Rabat.
  • 9 janvier 1930 (du 13 au 29 décembre 1929) : 1 villa rez-de-chaussée, rue Henri Popp. Estimation : 95.000 francs, M. Ettori, propriétaire ; M. François Robert, architecte
  • 28 septembre 1934 (du 13 au 19 décembre 1934) : Bd Front d’Oued. 1 villa : 80.000 francs. – Propriétaire : M. Varguès Mendonca, rue de Dijon, 71. – Architecte : M. F . ROBERT
  • 28 septembre 1934 (du 13 au 19 décembre 1934) : Rue Bazzon, Oudaïas. 1 maison : 40.000 francs. – Propriétaire : M. Branly, directeur général des Finances. – Architecte : M. F . ROBERT
  • 2 octobre 1934 (du 17 au 23 septembre 1934 : autorisations en cours) : Bd Front d’Oued. 1 villa, rez-de-chaussée et sous-sol, 1 appartement 6 pièces. – Valeur : 80.000 francs. – Propriétaire : M. Varguès, 71, rue de Dijon. – Architecte : M. F . ROBERT
  • 2 octobre 1934 (du 17 au 23 septembre 1934 : autorisations en cours) : Rue Bazzou, Oudaïas. 1 maison, r-de-chaussée et 1 étage, 1 appartement 4 pièces. – Valeur : 40.000 francs. – Propriétaire : M. Branly, directeur général des Finances. – Architecte : M. F . ROBERT
  • 12 octobre 1934 (du 24 au 30 septembre 1934) : Rues Châteaubriand et Alfred de Musset – Surélévation 1 étage, 4 pièces, salle de bains – Valeur : 35.000. – Prop. : M. Fabre, rue Châteaubriand – Arch. : M. F . ROBERT
  • 12 octobre 1934 (du 24 au 30 septembre 1934) : Bd Gouraud – 1 immeuble, r-de-chaussée et 1 étage, 4 appartements, 15 pièces. – Valeur : 120.000 francs. – Propr. : Mouline Abdelnijid, rue des Consuls. – Arch. : M. F . ROBERT
  • 12 octobre 1934 (du 24 au 30 septembre 1934) : Angle des Rues Jules-Poivre et Rodin 1 immeuble, r-de-chaussée et 1 étage, salles de restaurant, 1 cuisine, 1 appartement, 4 pièces, 1 grand salon. – Valeur : 260.000. – Propr. : M. Castillo, bd. du Bou-Regreg, « Villa Andalusia ». – Arch. : M. F . ROBERT
  • 12 octobre 1934 (du 24 au 30 septembre 1934) : Rue Rodin. – 1 magasin – Valeur : 440.000 francs. – Propr. : Galeries Lafayette, Rabat. – Arch. : M. F . ROBERT
  • 19 janvier 1935 (du 14 au 20 janvier 1935) : Rues Lavoisier et Berthelot – 1 villa à rez-de-chaussée et sous-sol, 1 appartement, 5 pièces – 90.000 fr. – Prop. : M. Charvet – Arch. : M. F . ROBERT

>  La revue Bâtir propose quant à elle deux articles sur les travaux de M. Robert :

  • Nouvelle série n°2 – Avril 1932 : « La maison du Docteur Liouville »
  • Numéro 5 – Décembre 1932 Janvier 1933 : « Villa de M. R. »

> A la maison du Docteur Liouville, le magazine Plaisir de France, n°134, juin 1948, consacre un article conséquent richement illustré, notamment par des images en couleur, intitulé une « Demeure française dans la Casbah des Oudaïas » :

> Dans le journal Le Petit Marocain du vendredi 7 décembre 1934, dans une rubrique intitulée « La Gazette de l’Electricité » (ressemblant fort à un publireportage), il est évoqué « l’immeuble François Robert ».

***

François Robert a également été designer de mobilier. C’est ce que nous indique cette mention dans un article du numéro d’avril 1933 de Chantiers Nord-Africains : « L’exposition marocaine d’art mobilier moderne à Rabat ». D’après l’article cette exposition a eu lieu avenue Dar el Maghzen : « L’entrée monumentale, d’un modernisme poussé de l’Exposition marocaine invite à une excursion dans le Palais de Justice rénové par cette vivante manifestation. » Plusieurs intérieurs y sont présentés : salles à manger, chambres à coucher, « studio vert », ensemble « Colonial »… François Robert y expose une cuisine et du mobilier métallique : « Plus loin une cuisine très moderne de M. J.-F. Robert, architecte D.P.L.G. et du même architecte, des meubles métalliques très intéressants. »

***

Enfin dans Le Petit Marocain du 12 janvier 1938, on peut lire un article intéressant apportant une information d’ordre biographique sur l’architecte, à savoir sa participation au rallye du Hoggar avec l’avion Farman 403. En voici le contenu :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *